Aller le contenu

Aquafaba – magie végane

Nous sortons de l’hiver. Je suis née à Libourne, en Gironde, et j’ai passé les trois premières années de ma vie dans le Sud-Ouest de la France. J’ai vu des photos sur lesquelles une petite fille qui semble être moi joue dans la neige, mais je n’en ai aucun souvenir. Lorsque j’avais trois ans, nous avons déménagé à la Réunion, et j’y ai vécu jusqu’à mes huit ans. Il y a bien un Piton là bas qui porterait des neiges éternelles, mais je ne les ai jamais vues. Mon premier souvenir neigeux remonte à mes neuf ans. Nous venions de déménager en Corse, et je venais de lire Harry Potter à l’école des sorciers. Il a neigé dans le jardin de la maison où nous habitions, et je me revois encore très distinctement sur le perron, à regarder cette pelouse recouverte de poudre blanche. C’était sûrement très léger comme tombée, mais j’étais comme une folle. Je me rappelle avoir sauté de joie dans le jardin, j’étais complètement euphorique.

La neige était exotique pour moi. Presque vingt ans plus tard (ouch), je ne suis plus aussi émerveillée quand je vois des flocons par la fenêtre, mais ça me fait toujours quelque chose. Pour moi c’est un peu magique. La magie, c’est quelque chose d’extraordinaire, que je n’arrive pas à expliquer, soit parce que je ne suis pas experte scientifique, soit parce que la science elle-même ne sait pas encore l’expliquer. Si j’étais spirituelle, je parlerai de miracle, mais comme je suis une enfant de cinq ans, je dis magie.

Ce n’est pas anodin de choisir ce mot : magie. Si j’étais spirituelle ou encore religieuse, je parlerais de miracle. Je vous ai dit que je venais de finir Harry Potter quand j’ai vu de la neige pour la première fois. Je crois que le rapport que j’entretiens avec les cultures de l’imaginaire raconte beaucoup de choses sur mon rapport au monde. Pour moi, la magie, c’est une histoire que je me raconte sur le monde. Une histoire merveilleuse, fantastique, qui permet d’appréhender la réalité avec des étoiles dans les yeux. Mais c’est faux. C’est un jeu. Je ne crois pas aux fées, aux esprits, aux Dieux ou aux extraterrestres. Mais j’aime l’idée, parfois, que la neige soit un manteau. Que la mer soit le Royaume de Poséidon. J’ai dit magie, mais j’aurais pu dire poésie.

La cuisine est magique. Le concept même de saveur est juste incroyable, alors l’idée que l’on puisse les associer entre elles ! Mais ce n’est pas tout. Certaines réalisations culinaires sont ex-tra-or-di-nai-res. Soit parce qu’elles demandent une maîtrise technique telle que leur reproduction semble inatteignable. Soit parce que, malgré leur simplicité enfantine, elles remettent en cause tout ce qu’on nous a dit avant sur le monde, l’univers et les œufs.

Les œufs. LES ŒUFS. Comment vas-tu faire, végan, sans les ŒUFS ? Comment vas-tu faire des gâteaux ? Comment vas-tu faire des crêpes ? Comment vas-tu faire des œufs en neige ? Tu ne peux pas faire des œufs en neige, y’a ŒUF dedans.

Aquafaba

Comme toutes les formules magiques, Aquafaba a le pouvoir de modifier la réalité. Vous croyiez que l’exploitation des poules pouvait vous permettre de manger des macarons, des meringues et de la mousse au chocolat ? Vous aviez tort.

Je vous ai dit que c’était magique. Et comme toute potion magique, l’Aquafaba doit être réalisée avec précision.
Couvrez 500g de pois chiches d’eau froide à 8 cm. Rajoutez une cuillère à soupe de bicarbonate de soude.
Faîtes tremper les pois chiches pendant une nuit (minimum 12h)
Le lendemain, jetez l’eau et rincez les pois
Cuisez-les pendant au moins 1h30 dans 2,5 fois leur volume en eau (ici, 2 litres)
Une fois qu’ils sont cuits (sortez-en un de la marmite, écrasez le. Si cela ne vous demande aucun effort, c’est cuit), égouttez les AU DESSUS D’UN SALADIER. C’est l’eau de cuisson l’Aquafaba.

Et voilà ! Bon, en fait, vous pouvez aussi acheter un bocal de pois chiche et prendre l’eau de conservation des pois chiches, mais je vous ai dit que j’aimais la magie. Vous pouvez la congeler dans des cubes à glaçons pour l’utiliser plus tard. Si vous avez suivi la recette pour l’eau de cuisson, ne vous inquiétez pas, je vous donnerai bientôt une super recette de houmous pour écouler le kilo de pois chiches que vous avez désormais sur les bras. Grâce à cette eau vous allez pouvoir réaliser une mousse au chocolat, dont voici la recette pour 6 personnes (eh beh c’est pas trop tôt) :

  • 180 g d’Aquafaba
  • 180 g de chocolat noir
  • 100 g de sucre glace

Battez l’Aquafaba. Hallucinez. Rajoutez le sucre glace (en battant toujours), vous obtiendrez une meringue.
Faîtes fondre le chocolat noir au bain-marie avec une cuillère à soupe d’eau.
Incorporez la neige d’Aquafaba toooooout doucement, gentiment.
Répartissez la mousse dans des ramequins et mettez-la au frais.
Attendez deux heures.

Tada.

Merci de m’avoir lue.
Prenez soin de vous et causez le moins de souffrance possible.

Quelques liens :
un article d’Antigone XXI sur les alternatives à l’œuf dans une alimentation végane
une vidéo de Mayim Bialik où elle parle de sa spiritualité en tant que neuroscientifique

2 Comments

  1. Coucou
    Sebastien Kardinal et Laura Veganpower viennent justement de sortir un livre sur le sujet. J’avoue qu’a part la mousse au chocolat, je suis curieuse des autres utilisations. Faut que j’aille y jeter un œil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *